Deuxième enfant pas beaucoup plus rapide que le premier...

postée
\ Accouchement du 16 mars 2011
t Durée : 10 heures

Après avoir été le matin du jour de mon terme à la maternité pour un décollement, j'ai dégusté toute l'après-midi. J'ai pris un comprimé de Spasfon pour me soulager puis les douleurs sont revenues. Vers 18h, je commençais à avoir des contractions irrégulières, nous avons été à l'apéro chez des amis puis sommes rentrés dîner chez nous. J'ai décidé de prendre un bain afin de me soulager car le fait d'avoir pris la voiture pour un petit déplacement m'a fait avoir des contractions de plus en plus rapprochées. En effet, vers 21h, elles étaient toutes les 5 à 6 minutes, nous nous installions tranquillement devant la télévision quand j'ai dit à Yannick d'y aller car je ne voulais pas louper la péridurale et dans le même temps je ne voulais retourner à la maternité pour rien.

 

Nous sommes donc arrivés à 22h, mon col était dilaté à 2 comme le matin mais lorsque j'avais une contraction il était à 3-4 alors là j'ai demandé "vous allez nous renvoyer ou pas" et là elle m'a demandé si c'était un premier ou un deuxième enfant. J'ai donc répondu un deuxième donc le personnel hospitalier m'a gardé.

 

Je suis passé en salle de préparation à l'accouchement où l'on m'a posé le monitoring. Après, j'ai fait différents exercices à l'aide du ballon afin d'ouvrir mon col. J'ai également pris une douche d'une demi-heure très chaude. Suite à cela, mon col était ouvert à 4. La sage-femme m'a demandé si je souhaitais une péridurale et là j'ai dit tout de suite "oui". Elle m'a donc répondu que j'allais passer en salle d'accouchement et elle allait me remettre le monitoring là-bas afin de voir l'évolution des contractions.

 

Vers 3 heures du matin, l'anesthésiste m'a posé la péridurale que j'ai senti passer car j'ai même bougé chose qu'il faut absolument éviter mais je souffrais terriblement. Yannick et moi étions aux anges, ont se disaient que vers 5-6 heure du matin ça serait bon. L'anesthésiste me signale qu'elle m'a injecté une dose d'environ une demi-heure puis après c'est à moi d'actionner la poire en fonction de la demande. Pendant une heure, j'ai eu des trembrements incontrôlables comme tétanisé de peur. Je ne ressentais plus rien mais cela à durer plus de deux heures, du coup mon col ne bougeait plus et le travail n'avançait pas. L'équipe médicale a donc décidé de me percer les deux membranes de la poche des eaux mais cela n'a rien changé, elle a ensuite procédé à un déclanchement par perfusion. Je connaissais déjà l'intensité des douleurs que j'allais avoir car pour Anaïs on me l'avait provoquée de la même manière. Très rapidement, les contractions sont devenues très pénibles, j'avais l'autorisation d'actionner la poire chose qui ne faisait absolument plus rien du tout. Je ressentais toutes les douleurs comme si je n'avais pas eu de péridurale. Je serrais le poing de Yannick très fort. Mon col se dilatait à 5 selon l'apprenti sage-femme et à 6 selon sa tutrice. Ils n'étaient pas d'accord sur le chiffre.

 

Quelques instants plus tard, je n'allais pas bien du tout, j'avais la tête qui tournait et j'ai demandé un haricot à Yannick afin de vomir. J'ai vomi au total quatre fois. Dans la salle où j'étais, il y avait 5 haricots, Yannick a voulu sortir une petite blague qui ne m'a pas fait du tout rire. Il m'a dit : "C'est la fin des haricots". L'apprenti sage-femme a dit à Yannick que les femmes qui accouchent n'ont pas d'humour en général. Effectivement, je n'étais pas d'humeur à rire.

L'équipe médicale a décidé de me faire une échographie afin de vérifier comment était positisionné le bébé vers la sortie. Et là, elle s'est rendu compte qu'il avait bien la tête en bas mais au lieu de regarder vers le bas, il avait les yeux vers le haut et donc la colonne vertébrale mal placée. Voilà pourquoi j'étais dilatée à 10 mais le bébé ne descendait pas dans mon col. J'ai du me mettre à quatre pattes avec le ballon afin de le faire tourner. Sauf que c'est moi qui avait la tête qui tournait et pas le bébé. Je leur ai donc dit que je n'allais pas bien du tout. On m'a remise en position normale. A partir de ce moment ma tension chutait, on m'a injecté à deux reprises un médicament dans la perfusion pour augmenter ma tension.

A 8 heures, il y a eu un changement d'équipe médicale, j'étais déçue qu'elle me quitte sans terminer son travail car elle avait bien bossé. La deuxième équipe a tout de suite pris les reines et m'a fait pousser à plusieurs reprises après leur avoir demander que je désirais accoucher sur le côté. Mes poussées n'y faisaient rien alors la sage-femme m'a dit de me remettre sur le dos et là à l'aide des poignés je poussais effectivement davantage. J'y ai mis toutes mes dernières forces. Je sentais toutes les contractions et à chaque je poussais, Yannick m'encourageait. J'y ai mis toute mon énergie mais je n'y arrivais pas, la puéricultrice a appuyée sur mon ventre afin de m'aider à le faire sortir. Je réussi tant bien que mal à sortir la tête du bébé, je croyais qu'il était entièrement sorti quand la sage-femme me dit encore un effort pour sortir ses épaules. J'ai tout donné et il est sorti ou plutôt elle est sortie, c'était une fille que l'on prénomma Charlotte à 9h02 le mercredi 16 mars 2011. Elle pèse 3kg660 pour 51 cm. La sage-femme lui a coupé le cordon car il était enroulé autour de sa tête, elle avait réussi à retourner sa tête avant de le sortir. J'ai eu une épisiotomie avec 5 points à l'intérieur et 2 à l'extérieur. Elle m'a déposée Charlotte sur mon ventre, elle a crié puis s'est apaisée.

Après quelques minutes, j'ai poussé pour la délivrance mais ce n'est pas comparable à la poussée pour la sortie du bébé. Nous avons pu voir le placenta. La sage-femme m'a recousue en m'anesthésiant car je souffrais terriblement.

Nous sommes restés 2 heures en salle d'accouchement avant de remonter en chambre. Durant cette attente, Yannick a tout de suite appelé Anaïs qui était chez ses parents, elle fut la première au courant de l'arrivée de sa petite soeur.

 

Si c'était à refaire je ne demanderai pas la péridurale qui m'a fait perdre du temps dans le processus d'accouchement et qui n'a pas agit comme elle devait le faire.

 

Le premier jour Charlotte avait beaucoup de glaires donc elle ne buvait pas beaucoup de lait maternel mais le personnel hospitalier m'a dit que c'était normal. Le deuxième jour, elle a perdu beaucoup de poids et cela a commencé a affolé les puéricultrices. Elle était descendue à 3kg300 soit 60 grammes du 10ème de son poids. J'ai donc du le troisième la réveiller toutes les deux heures afin qu'elle mange pour reprendre absolument du poids. En plus de cela, elle était à la limite de faire une jaunisse comme Anaïs. La sage-femme lui a fait une prise de sang afin de mieux contrôler qui a permis de voir que tout allait bien. Ma montée de lait s'effectuait donc elle a remonté sa courbe de poids très vite. Elle a eu son premier examen avec le pédiatre de l'hôpital et j'ai vu ses premières règles (deux petites gouttes de sang) qui peuvent survenir la première semaine suivant la naissance. Je ne savais pas que ça existait. Le quatrième jour, même scénario que le troisième jour mais j'ai bien cru que nous allions rester davantage de temps à la maternité car son taux de jaunisse était supérieur à la norme. La sage-femme a refait une prise de sang qui s'est avérée concluante. Nous pouvions rentrer à la maison rassurés et heureux.

 

Bilan : 2 grossesses différentes, 2 accouchements différents, 2 montées de lait différentes et 2 allaitements différents.

Picture
130 pts

Commentaires

  • Nono Merci d'avoir partagé avec nous tes de récits! Vraiment chouettement raconté! Merci :-)
    il y a plus de 5 ans
  • ecrire un commentaire

Articles traitant de sujets similaires

Preparation-accouchement

7 raisons de refaire une préparation à l'accouchement

Postpartum

Ces douleurs post-accouchement qui nous gâchent la vie